Nos actions

Education

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde .» Nelson Mandela

« Si depuis sa naissance en 2005 SHANTI INDIA a œuvré à soulager la misère dans différents domaines : besoins essentiels, aide aux soins, soins aux animaux, environnement, et qu’elle continue d’y intervenir à la mesure de ses moyens, son principal champ d’activité est l’EDUCATION.

Le gouvernement indien a voté en 2009 une loi faisant de l’école un droit fondamental pour les enfants de 6 à 14 ans.

« Informer les enfants de leurs droits et de l’importance de les faire respecter fait de notre point de vue partie de l’éducation. C’est pourquoi les enfants suivent les cours de l’école gouvernementale. »

Mais si celle-ci offre des avantages :

  • les enfants ont un repas à midi, ce qui est très important car il n’est pas rare qu’ils aillent au lit le ventre vide, d’où carences et graves problèmes de santé pouvant aller jusqu’à la cécité ;
  • une bicyclette leur est donnée après 1 à 2 ans de scolarité régulière;
  • ils obtiennent des diplômes d’état (contrairement aux écoles privées);
  • des aides financières leur sont accordées pour les frais d’inscription et d’examens;

elle présente aussi de nombreux inconvénients:

  • les professeurs sont peu nombreux par rapport au grand nombre d’élèves, ce qui ne leur permet pas de les suivre correctement, aussi voit-on des enfants refaire 4 années de suite la même classe;
  • on leur demande d’apprendre par cœur plutôt que de comprendre, et souvent une leçon n’ayant pas été traitée en cours;
  • les professeurs croient encore que la baguette a un effet magique pour faire rentrer la connaissance dans la tête des enfants, ce qui ne pousse pas ces derniers à fréquenter l’école;
  • Le taux d’absentéisme des enseignants estun des taux les plus élevés non seulement de l’Inde, mais aussi du monde ;
  • les enfants appartenant aux classe les plus basses souffrent de discrimination de la part des professeurs ;
  • on ne leur apprend pas l’anglais dès les petites classes.

C’est pour pallier à ces manques que l’école de soutien scolaire de SHANTI INDIA a été créée.

Shanti India soutient aujourd’hui 250 enfants parmi les plus défavorisés :

      – 215 élèves de la maternelle à la classe 10 (équivalent à la « seconde » dans le système éducatif français) suivent les cours à l’école de soutien scolaire Shanti India, qui compte 9 professeurs, et

      – 35 élèves sortis de classe 10 ont leurs frais d’études pris en charge par Shanti India pour poursuivre leurs études au lycée ou en établissement spécialisé.

C’est pour pallier à ces manques que l’école de soutien scolaire de SHANTI INDIA a été créée.

Shanti India soutient aujourd’hui 250 enfants parmi les plus défavorisés :

      – 215 élèves de la maternelle à la classe 10 (équivalent à la « seconde » dans le système éducatif français) suivent les cours à l’école de soutien scolaire Shanti India, qui compte 9 professeurs, et

      – 35 élèves sortis de classe 10 ont leurs frais d’études pris en charge par Shanti India pour poursuivre leurs études au lycée ou en établissement spécialisé.

L'école de soutien scolaire SHANTI INDIA

Elle accueille les enfants 3 heures chaque jour après les cours de l’école gouvernementale (qui s’achèvent entre 14 et 15 heures).

Les cours commencent par 10 minutes de relaxation, développement de l’attention et de l’esprit d’éveil au moyen d’exercices ludiques enseignés par le maître bouddhiste Mingyur Rinpoche qui a formé professeurs et une partie des élèves.

Suivent les cours qui reprennent le programme officiel.

L’apprentissage de l’anglais se fait dès les petites classes.

Sont également pratiqués sport, dessin, lecture, …

L’accent est mis sur l’importance de développer des qualités humaines dans le respect de soi, des autres, de l’environnement.

L’apprentissage est facilité du fait que l’école de Shanti India compte un professeur pour 25 élèves, qui bénéficient ainsi d’un suivi personnalisé, contrairement aux écoles publiques où un professeur enseigne un grand nombre d’élèves, jusqu’à 100 .

Chaque année est organisée une réunion pour les élèves des classes 10, 11 et 12 afin de les informer et de les conseiller au mieux sur leur orientation.

Et contre la tradition qui veut qu’un enfant de basse caste n’échappe pas à son sort, les enfants sont encouragés à croire en un meilleur futur possible et en leur capacité de le bâtir !

Étudiants sponsorisés au lycée et en établissement spécialisé 

Après la classe 10, l’étudiant qui rentre au collège (le lycée en France) doit choisir son orientation : Mathématiques, Sciences, Commerce ou Arts, qui sera déterminante pour son futur.

Embaucher des professeurs pour enseigner après la classe 10 dans toutes ces matières demanderait des moyens financiers dont Shanti India ne dispose pas. Mais ne pouvant se résoudre à abandonner les étudiants à leur sort après la classe 10, Shanti India a décidé de continuer coûte que coûte à les aider à poursuivre leurs études au lycée, en prenant en charge tous les frais : inscription au lycée et aux examens, cours particuliers, livres, matériel scolaire et transport.

A la fin de la terminale, après l’obtention du Higher Secondary Certificate, équivalent du baccalauréat français, l’étudiant peut poursuivre ses études supérieures:

– soit dans un collège généraliste (Maths, Sciences, Commerce & Arts),

3 années d’études au terme desquelles l’université à laquelle est affilié le collège délivre le Bachelor degree = Licence ;

– soit dans un collège spécialisé : technique, médical, école d’ingénieurs, … ;

– soit dans un institut spécialisé ( competitive classes ) pour préparer le concours d’entrée dans les chemins de fer, banques, administration, tout en continuant de suivre les cours au lycée jusqu’à la classe 15 (Bachelor Degree = Licence).

Ces seniors étudiants dont le nombre grandit chaque année demande un plus grand investissement que les plus jeunes, aussi est-il devenu de plus en plus difficile pour Shanti India de continuer de les soutenir après la classe 10.

Il est important de leur trouver un sponsor afin que leur éducation ne s’achève pas en classe 10, mais qu’elle débouche sur un emploi.

En mars 2015 (dans le Bihar, les examens de passage dans les classes supérieures ont lieu en mars), seuls 15 étudiants sur 35 ont un sponsor, 20 en appellent un de tous leurs vœux! »

Faites un heureux

Parrainez un enfant, vous transformerez sa vie et celle de ses parents
Je fais un don

Besoins essentiels

Nous faisons notre possible, avec les moyens dont nous disposons, pour répondre aux besoins vitaux des plus déshérités : éducation, nourriture, accès à l’eau, santé, …

  • Achat de nourriture, vêtements, couvertures, chaussures, … pour les déshérités.

  • Fourniture de plastiques pour mettre sur le toit d’une maison familiale.

  • Installation de 6 pompes à eau dans les villages de Bija, Chakala, Kusha, Madha, Mungeshpur et Pipargatti, afin d’éviter aux femmes et enfants de faire des kilomètres pour s’approvisionner en eau (ci-dessous les photos à présenter -réduites- des 6 pompes à eau installées par Shanti India aux environs de Bodhgaya dans les villages de :  Bija – Chakala – Kusha – Madha – Mungeshpur – Piparghatti.

  • Financement pour l’ouverture d’une tea shop.

Santé

L’Inde est à la traîne des pays émergents en matière sanitaire : personnel insuffisant et mal formé, coût trop élevé des soins pour les familles. Les populations rurales, les castes discriminées les membres de minorités religieuses, les femmes et les pauvres en général sont les premières victimes des inégalités d’accès aux soins.

La prise en charge à temps des patients, qui vivent dans des conditions d’hygiène déplorables, permet de sauver des vies, comme celle de la maman de Gulabi (Rose), aujourd’hui guérie.

Les enfants pâtissent à tous points de vue du manque d’éducation des parents. Dans les villages, nombre d’entre eux, atteints par la polio dans leur jeune âge, n’ont pas même reçu une paire de béquilles et se déplacent en marchant sur leurs mains et leurs pieds ou genoux.

Une simple paire de béquilles et une chaise roulante leur redonnent une autre perspective du monde et d’eux-même.

Nago Kumari avait été amputée après qu’une jeep lui ait broyé le pied en lui roulant dessus.Nous l’avons rencontrée 7 mois après son accident, ne se déplaçant que dans les bras de ses parents. Une jambe artificielle lui a rendu son autonomie et sa joie de vivre. Tous les 2 ans, nous l’emmenons à Jaïpur afin de changer sa jambe artificielle.

Shanti, aveugle suite à un manque de vitamine A, mendiait avec sa mère à Sarnath. Nous l’avons emmenée à Delhi au Dr Schroff charitable hospital pour y être opérée, et pris en charge le suivi post-opératoire. Son œil gauche a dû être remplacé par un œil de verre, mais son œil droit opéré lui permet aujourd’hui de distinguer le jour de la nuit et de voir formes et couleurs.

Pour les familles sans ressources, nous achetons les médicaments que les dispensaires ne fournissent pas ».

Une sannyasin (« qui a renoncé au monde ») sévèrement brûlée vient recevoir ses soins au Mahabodhi Temple.

Environnement

L’industrialisation croissante de l’Inde et le manque de volonté des autorités locales pour améliorer la situation sanitaire met durement à l’épreuve l’environnement. Les dégradations environnementales telles que la pollution de l’eau, la baisse de niveau des eaux souterraines, l’insalubrité des sols et la pollution de l’air sont devenues de terribles réalités dans la plupart des régions de l’Inde. »

 En Inde, le volume des déchets non recyclables représente plus de 60 % des déchets ménagers, et accentuent les risques de pollution. Notre association a participé à des nettoyages collectifs. 

La situation environnementale de Bodhgaya.

Participation à des campagnes de nettoyage du village.

Nettoyage de la route qui mène au monastère de Tergar.

Veille lors de la campagne contre le réchauffement climatique.

Plantation d’arbres avec les professeurs et les élèves de l’école de Shanti India.

Participation aux campagnes d’information et protection de l’environnement.

Soins aux animaux

Si les campagnes de stérilisation des chiens des rues, organisées depuis 2013 sous l’égide du Karmapa durant les Kagyu Monlam, ont permis de limiter leur surpopulation, leur situation reste cependant très préoccupante du fait qu’ils vivent dans un environnement pollué et qu’ils sont sous et mal alimentés, par conséquent sujets à des affections cutanées sévères et autres maladies. Nous recueillons quand cela nous est possible certains d’entre eux pour les remettre sur pattes.

Le micro-crédit

Contrairement à l’assistanat, le micro-crédit rend les personnes auto-suffisantes et respecte leur dignité. SHANTI INDIA aide à acquérir des moyens de subsistances : animaux, rickshaws, petite voiture pour la vente  des fruits et légumes ou autres.

Achat d’une vache pour une famille qui vit de la vente du lait et produits laitiers (caste des Yadav).